Note de Position
août 2023
Numéro
28

L'économie locale, un nouveau levier pour l'action climatique

Zoom sur l'empreinte carbone des régions françaises

Note de position
numéro 28

août 2023

L'économie locale, un nouveau levier pour l'action climatique

Zoom sur l'empreinte carbone des régions françaises

Note de Position
Numéro
28
août 2023

La France, via sa Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) vise une baisse de 40% de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2030 par rapport à 1990. Pour le moment, le pays ne tient pas ses engagements et peine à réduire ses émissions de GES : le Citepa note ainsi que l’objectif français sur la période 2015-2018 n’a pas été atteint et que les émissions de l’année 2022 sont restées à un niveau proche de celles de 2021. Dans son rapport annuel publié en juin 2022, le Haut Conseil pour le Climat avertissait ainsi que “le rythme annuel de réduction des émissions de la France devra plus que doubler pour atteindre -4,7% en moyenne sur la période 2022-2030”.

 

Si les efforts pour renforcer la baisse des émissions en France sont essentiels à l’atteinte de l’objectif de neutralité carbone en 2050, ils laissent pourtant dans l’ombre un autre chantier, tout aussi nécessaire et porteur d’opportunités pour les territoires : celui de la réduction des émissions liées aux importations. Ces émissions, générées par la production à l’étranger de produits ou de services importés puis consommés en France, représentent la moitié de l’empreinte carbone du pays mais ne sont pas – ou peu – visées par les politiques nationales.

Comment définit-on l’empreinte carbone, et que peut-elle nous apprendre sur les vulnérabilités, non seulement climatiques mais aussi économiques, des politiques locales et nationales ? Comment la réduction des importations les plus carbonées peut-elle également renforcer la résilience des territoires, en diversifiant leur tissu économique et en limitant leurs dépendances stratégiques ? En détaillant la nature des importations les plus contributrices à l’empreinte carbone, et les moyens d’action dont disposent les collectivités territoriales et leurs partenaires pour réduire ces importations, cette note entend contribuer au débat public sur les modalités d’un développement répondant à la fois aux enjeux économiques et au défi climatique.

 

La France, via sa Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) vise une baisse de 40% de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2030 par rapport à 1990. Pour le moment, le pays ne tient pas ses engagements et peine à réduire ses émissions de GES : le Citepa note ainsi que l’objectif français sur la période 2015-2018 n’a pas été atteint et que les émissions de l’année 2022 sont restées à un niveau proche de celles de 2021. Dans son rapport annuel publié en juin 2022, le Haut Conseil pour le Climat avertissait ainsi que “le rythme annuel de réduction des émissions de la France devra plus que doubler pour atteindre -4,7% en moyenne sur la période 2022-2030”.

 

Si les efforts pour renforcer la baisse des émissions en France sont essentiels à l’atteinte de l’objectif de neutralité carbone en 2050, ils laissent pourtant dans l’ombre un autre chantier, tout aussi nécessaire et porteur d’opportunités pour les territoires : celui de la réduction des émissions liées aux importations. Ces émissions, générées par la production à l’étranger de produits ou de services importés puis consommés en France, représentent la moitié de l’empreinte carbone du pays mais ne sont pas – ou peu – visées par les politiques nationales.

Comment définit-on l’empreinte carbone, et que peut-elle nous apprendre sur les vulnérabilités, non seulement climatiques mais aussi économiques, des politiques locales et nationales ? Comment la réduction des importations les plus carbonées peut-elle également renforcer la résilience des territoires, en diversifiant leur tissu économique et en limitant leurs dépendances stratégiques ? En détaillant la nature des importations les plus contributrices à l’empreinte carbone, et les moyens d’action dont disposent les collectivités territoriales et leurs partenaires pour réduire ces importations, cette note entend contribuer au débat public sur les modalités d’un développement répondant à la fois aux enjeux économiques et au défi climatique.

 

Voir plus
# #Ancrage local# #Climat
Sur le même thème

AXIAN
Étude d’impacts 360°

LE SLIP FRANÇAIS
D’un bleu-blanc-rouge reflet du passé à la réinvention de l’industrie textile française

ÉTUDE
Le métabolisme de l’économie au cœur de la crise écologique

Suivez toutes nos actualités
dans notre newsletter

Téléchargez la note de position !

UTOPIES s’est construit en accès libre, en échange nous pouvons vous partager des articles sur les sujets qui vous intéressent

Nom *
Nom
Prénom *
Prénom
E-MAIL *
E-mail
ENTREPRISE *
Entreprise
Poste *
Secteur *
Poste
En cliquant sur « Télécharger », vous acceptez que vos données personnelles soient collectées par UTOPIES pour l’envoi de communications commerciales ou relatives à nos actualités. Vous pourrez à tout moment vous désabonner de nos communications à partir du lien présent dans chaque e-mail.